Prévention des blessures

 

Les 4 principaux muscles concernés par les traumatismes :

- Le quadriceps (devant de la cuisse)

- Les ischios-jambiers (arrière de la cuisse)

- Les adducteurs (en dedans de la cuisse)

- Le jumeau interne (au niveau du mollet)

 

 

Les accidents musculaires par ordre de gravité :

1) La Crampe

Elle intervient pendant l'effort. Son origine est métabolique et due à l'accumulation de déchets au niveau du muscle insuffisamment irrigué.
Thérapie : Mise en extension forcée du mollet. S'il s'agit d'un autre muscle et en dehors d'une musculation spécifique, ce n'est pas une crampe, donc : ne pas manipuler.

 

2) La Contracture

Le muscle ne retrouve pas sa longueur initiale après un exercice, d'où douleur. C'est la conséquence d'une activité anormale ou exagérée du muscle. Il n'y a pas de lésion. Elle n'arrive pas pendant l'entrainement (mais une heure ou deux après ou le lendemain matin).
Thérapie : chaleur, massage et repos.


3) L'Élongation

Elle intervient au cours de l'exercice. Généralement ce n'est pas une douleur très importante. Impression d'étirement du muscle qui n'implique pas l'arrêt de l'effort mais simplement sa limitation. Il n'y a pas de gros dégâts anatomiques. C'est l'inverse de la contracture, le muscle a été au delà de ses possibilités d'étirement.
Thérapie : Repos, pas de massage ; plutôt de la glace, et faire, si possible, de la physiothérapie. La guérison intervient entre 4 et 7 jours.

 

4) La déchirure ( le « claquage » )

C'est la lésion d'un certain nombre de fibres musculaires. Il y a dégâts anatomiques. Classiquement son apparition est brutale et on la ressent en plein effort. Elle contraint à une interruption immédiate de l'activité. Le diagnostic est souvent évident, le sportif étant coupé en plein effort. Il arrive néanmoins que le claquage intervienne en deux temps : c'est le cas de l'athlète continuant son effort sur une élongation préalable ce qui va entrainer un claquage. D'où l'obligation de se reposer dès l'apparition de la moindre gêne musculaire en cours d'exercice. C'est un signal d'alarme qu'il est indispensable de respecter. Toute douleur qui persiste huit jours après sa survenue, signifie que l'on avait affaire à un claquage.
Le claquage touche le plus souvent les ischio-jambiers mais peut survenir sur n'importe quel muscle, notamment le quadriceps crural et les jumeaux.

Il est impératif de consulter un spécialiste pour établir le bon diagnostic. La déchirure peut être mise en évidence par une échographie et ou une IRM pour les cas les plus graves.

 

5) La Rupture Complète

Correspond à une rupture complète du muscle.

 

6) La Désinsertion Musculaire

Le muscle est arraché de son insertion osseuse.

 

 

Traitements des accidents musculaires du footballeur :

D’une manière générale, lorsqu’il s’agît d’un problème musculaire, il est conseillé directement après l’accident :

- Arrêt immédiat de l’activité

- Froid/glaçage de la région traumatisée

- Bandage compressif

- Élévation de la jambe

- Ne surtout pas masser, ceci pourrait aggraver l’hémorragie.

Si la douleur est vive, il faut impérativement aller consulter un spécialiste, afin qu’il puisse établir le diagnostic exact et ainsi déterminer l’importance et l’emplacement exact de la lésion. Il pourra donc avec plus de précision mettre en place le traitement adéquat pour soigner la déchirure (ultrasons, électrostimulation, massages transverses profonds…).

 

Les effets positifs du froid :
Le froid est efficace en phase aiguë d’une blessure, il favorise une diminution de l’hémorragie et de l’œdème suite à un traumatisme. Le froid protège les tissus des effets produits par la réaction inflammatoire. Enfin l’abaissement de la température provoque localement une sorte d’anesthésie qui explique le soulagement ressenti lors du glaçage de la partie endolorie.
Par contre, le froid n’est pas recommandé lors d’inflammations chroniques.

 

Prévention des accidents musculaires :

Les cas fréquents de claquage ont lieu lorsque l’échauffement n’a pas été bien effectué. Le muscle étant encore trop “froid”. Donc, jamais d’étirements à froid.

Les déchirures musculaires peuvent survenir même chez les sportifs les plus avertis, néanmoins, on peut prévenir la survenue de ces accidents :

- Les muscles et les tendons doivent être entraînés tout au long de l’année

- La préparation physique en début de saison doit être progressive

- Bien considérer la phase d’échauffement : un muscle froid est plus fragile.

- Les étirements sont importants : assouplir un muscle, c’est améliorer sa qualité élastique et ainsi prévenir les blessures.

- Le respect des temps de récupération et l’hydratation

 

Les entorses :

Une entorse ou foulure est un traumatisme des ligaments occasionné par une mobilisation excessive d'une articulation. Le ligament est en général étiré ou distendu, mais il peut être également déchiré (entorse grave ou déchirure), avec des complications liées à des arrachements osseux.

Les symptômes sont une douleur vive à l'articulation, une impotence, un gonflement autour de l'articulation (plus ou moins rapide selon la gravité) et éventuellement l'apparition d'un hématome.

Après une entorse, la cryothérapie est souvent indiquée, pour éviter l'apparition de l'hématome, ainsi que l'application locale d'un anti-inflammatoire. En outre, on peut immobiliser l'articulation par un bandage ou une attelle. L'activité physique peut être reprise au bout de cinq jours en cas d'entorse légère, ou de deux à douze semaines selon le degré de gravité. En cas d'entorse grave, la pose d'un plâtre est généralement indiquée, voire une opération si les ligaments sont sérieusement atteints.

Les entorses à répétition et l'instabilité articulaire qui en découle peuvent entraîner le développement d'une arthrose.

 

Les tendinites :

Inflammation douloureuse d'un tendon, et fait partie des troubles musculosquelettiques.

Causes :

- Surmenage

- Efforts intenses et/ou répétés (chez le sportif souvent)

- Malposition articulaire

- Médicaments (fluoroquinolones)

- Infections dentaires

- Certaines parasitoses ou maladies infectieuses (exemple : Dans la maladie de Lyme due à certaines borrelies pouvant être transmises par des piqures de tiques), au 2e ou 3e stade, certains malades développent des tendinites, synovites ou bursites récidivantes.)

 

 

La pubalgie :

La Pubalgie est une douleur de la région pubienne qui survient chez le sportif, plus souvent chez le footballeur.

Il existe deux types de douleurs :

- l'une correspond aux insertions sur le pubis, des muscles de la partie interne de cuisse : c'est la pubalgie « des adducteurs »

- l'autre correspond aux insertions des muscles abdominaux sur le bassin : c'est la pubalgie « abdominale ».

 

La pratique d'un travail musculaire approprié peut en prévenir l'apparition :

- échauffements avant les entraînements et les compétitions,

- étirements après l'exercice sportif,

- progression dans les entraînements et les compétitions

- choix du terrain : un sol dur pouvant être responsable du début des troubles

Saison 2017-2018 11 jours
Saison 2017-2018 : nouvelle photo 11 jours
Saison 2017-2018 11 jours
Calendrier championnat Elite 2017-18 11 jours
HORAIRES PRE-SAISON ! 21 jours
Christophe PIERSON 27 jours
ES FOS / ARMADA FUTSAL 27 jours
BIENTÔT LA REPRISE ! 1 mois
Chris Mac est devenu membre 1 mois
ARMADA FUTSAL 2 mois
ARMADA FUTSAL : nouveau joueur 3 mois
4-5
ARMADA FUTSAL / C. SAM 10ÈME 4 mois
ARMADA FUTSAL / C. SAM 10ÈME : résumé du match 4 mois
1/4 DE FINALE COUPE DE PROVENCE 4 mois
RECHERCHE DIRIGEANTS SAISON 2017-2018 4 mois

SOUTENIR LE CLUB

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement l'actualité du club par e-mail

OU